BAYA KASMI & MICHEL LECLERC


Nous aimons les mélodies simples, les refrains que l’on retient.
Nous construisons souvent les chansons comme des scénarios, des petites histoires de trois minutes et quelques, qui suivent souvent le même schéma : « il est très différent d’elle, elle est très différente de lui, et à la fin ils baisent ! »

Depuis que nous faisons des films, nous faisons des chansons, très souvent même, la chanson est à l’origine du film. C’est par exemple le cas pour Le nom des gens, dont la chanson de générique de fin de Bénisaf à Salonique qui parle de nos parents et de l’identité, est vraiment à l’origine du scénario. Nos chansons sont comme un journal de bord de notre relation, c’est un dialogue créatif, un dialogue amoureux, un dialogue politique aussi. Un état des lieux affectif.

Nous chantons accompagnés de trois ou quatre musiciens. François Hubrecht et Rodolphe Jacquier aux guitares, Pierre Legay à la basse, Jérôme Bensoussan aux percus et à la clarinette.

PNG - 232 ko

Festival 2020


La Bande Annonce de la 15ème édition



Making of Bande Annonce