[]

Edito

Initiative pour des Rencontres Européennes du Court Métrage

 
 
A l’intérieur de l’exception culturelle, le court métrage, par sa légèreté même, est à la fois plus fragile et plus vivace que le long métrage. Geste artistique pur ET marchandise banalement soumise au marché, il est balloté entre l’envie de ses auteurs de le diffuser le plus largement possible, la difficulté d’accès aux réseaux de diffusion de masse, et le calcul de ceux qui s’en servent sans le servir, le diffusant sans contrepartie.

Il ne résiste guère que grâce à la puissance du rêve qu’il génère chez les jeunes cinéastes, et pour sa part la plus signifiante en terme d’économie, que grâce aux aides publiques et aux dispositifs de soutien autant à la production qu’à la diffusion.
Pourtant, il reste évidemment nécessaire, en tant qu’espace de création affranchi du diktat de l’audience, mais aussi et sans aucun angélisme, en tant que Recherche et Développement de l’Industrie du rêve...

Cet état de fait est bien connu et beaucoup d’acteurs du secteur dans de nombreux pays défendent le court métrage. Beaucoup de chemin a été fait, mais beaucoup reste à faire.
D’autant que la « crise », la « mondialisation » et la « dématérialisation » se sont invitées dans le court métrage autant que partout ailleurs.

Paris Courts Devant initie cette année l’Euro Courts Devant. Profitant de la présence de professionnels européens sur le festival, nous convions un plateau significatif d’intervenants lors de deux journées de réflexion, à la recherche d’idées, de solutions concrètes, inédites, créatives ou simplement naturelles pour lever les freins à la production (et la coproduction) et à la diffusion, et plus globalement, fortifier la place du court métrage dans l’espace européen.

D’ores et déjà soutenu par Media Desk France, UniFrance, le Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI), en synergie avec l’Euro Connection (Sauve qui peut le Court Métrage) et l’Agence du Court Métrage, l’Euro Courts Devant a vocation à devenir un rendez-vous régulier des professionnels du court métrage.
 
 
As an integral part of the “cultural exception”, short films are as inspirational as they are fragile though more active than feature films. As a purely artistic gesture ever so slightly submitted to the market, short films are balanced between their creators’ will to broadcast as widely as possible, challenges in accessing widespread screening, while considering those who use them without restraint by showing unilaterally. They only resist by the sheer vividness of the dream they generate in young filmmakers’ minds, and in terms of economics, most of production and diffusion subsides through public grants and support mechanisms.

But it remains obviously necessary, as an artistic field untied to the obsession of its audience, but also, and very seriously, as the Research and Developement department of the “dream factory”.
This phenomenon is very well known, and many “short people” work to support shorts in many countries. A lot has been done, but yet, a lot has still to be done. Especially since the crisis, globalisation and “dematerialization” have invited themselves in the short film debate, as well as anywhere else.

Paris Courts Devant wishes to initiate this year “Euro Courts Devant”. As short filmmakers are in Paris to support their films in the festival, we invite these prestigious speakers to brainstorm, seeking creative, unexpected but realistic and concrete ways to strengthen short film production and distribution all around Europe.

Already supported by Media Desk France, UniFrance, SPI (Syndicat des Producteurs Indépendants), in association with Euro Connection (Sauve qui peut le Court Métrage) and French short film agency L’Agence du Court Métrage, Euro Courts Devant looks forward to become a regular short film professional gathering.